travailleurs détachés

Publié le 15 Février 2016

Lors du recours à des salariés détachés sur le sol français, leurs employeurs s'acquittent des charges sociales du pays d’origine, ce qui engendre une concurrence déloyale avec les salariés français.

De plus, de nombreux abus ont été constatés ces dernières années et se traduisent par des conditions de travail précaires et des logements insalubres pour ces travailleurs détachés. La France et l'Allemagne vont d'ailleurs porter ensemble une demande de révision ciblée de la directive de 1996 sur les travailleurs détachés afin de durcir la législation actuelle.

Sur le chantier que nous venons d'évoquer précédemment, le chantier de l'ensemble Erard-Charenton, de nombreux locataires ont témoigné de la présence significative d'ouvriers en provenance de l'Europe de l'Est mais également d'Inde, de Pakistan et d'Egypte.

Le recours important à des travailleurs détachés pose un double problème. Tout d’abord en termes de sécurité, notamment sur des chantiers de désamiantage car ce dernier ne doit jamais se faire par des salariés ni en CDD ni par des travailleurs détachés. En termes également de volonté politique afin de lutter contre le chômage dont les chiffres dans notre pays explosent.

Ainsi, pour toutes ces raisons, nous demandons à la Maire de Paris de communiquer aux Conseillers de Paris les pourcentages de présence des travailleurs détachés des entreprises mandatées par les bailleurs sociaux pour effectuer des travaux de réhabilitation et de construction dans les ensembles sociaux de la Ville de Paris, et aussi de communiquer un état des lieux de la situation des ouvriers détachés sur des chantiers comportant de l'amiante, afin de s'assurer qu'ils soient formés par un organisme ou un centre de formation certifié pour réaliser ces opérations qui mettent en jeu leur santé.

Rédigé par valeriemontandon

Repost 0
Commenter cet article