Plan anti-pollution : tardif et incomplet

Publié le 9 Février 2015

Les Bois de Vincennes et de Boulogne représentent les deux véritables poumons de Paris. Ils doivent être préservés et j’oserai même dire « sanctuarisés ».

Mr Najdovsky, vous nous expliquez souvent que vous souhaitez diminuer la circulation automobile dans les bois notamment celui de Vincennes.

Alors aujourd’hui que faut-il comprendre : vous êtes contre les voitures en général dans le bois mais pas forcément contre les plus polluantes !

Lorsqu’on parle du Bois de Vincennes comme le Central Park de l’Est parisien, je ne peux concevoir que le bois de Vincennes soit écarté du dispositif anti-pollution, plus précisément de la zone à basse émission.

De même ne pas inclure le périphérique à ce dispositif est incompréhensible!

La pollution pour les riverains proches du périphérique est souvent insupportable. Je pense notamment aux habitants du quartier de Lagny de la porte de Vincennes. Certains jours l’air y est irrespirable. Les riverains qui attendaient du grand projet de rénovation urbain GPRU une couverture partielle du périphérique pour réduire les nuisances de la pollution sonore et atmosphérique ont déjà été déçus. Comment leur expliquez aujourd’hui qu’ils seront exclus du dispositif anti-pollution alors que ceux sont eux qui en ont le plus besoin !

Dans ce même GPRU de la porte de Vincennes, l’un des rares équipements publics, le projet d’une crèche proche du périphérique s’est vu menacé en raison d’une qualité de l’air insuffisant.

Ainsi inclure les bois et le périphérique dans le dispositif de zone a basse émission est une priorité et même une nécessité.

Nous avons déposé un vœu en ce sens et nous espérons que vous y porterai un avis favorable.

Rédigé par valeriemontandon

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Paris Vincent 11/02/2015 07:51

Trop de camions, pas assez de bus électriques

Et développons les projets ferrovières