Travail du Dimanche à Bercy Village : Une liberté entravée

Publié le 11 Octobre 2013

Pendant plus de 10 ans, Bercy village a été dans une situation de confusion juridique concernant le travail du dimanche. Cela ne profite ni aux entreprises, ni aux visiteurs, ni aux salariés.
 
Et pourtant la création d’un PUCE (Périmètre d’usage à consommation exceptionnel) à Bercy Village permettrait de créer l’équivalent de plus de 100 emplois à temps plein.
En termes économiques, le travail le dimanche représenterait, dans cette zone, un chiffre d’affaires de 20 à 30 % supplémentaire.
 
La zone de Bercy Village a pourtant tous les atouts pour obtenir la qualification de zone PUCE :
Les entreprises volontaires ont présenté des dossiers sérieux, motivés etrespectant les accords avec les salariésLe classement en zone PUCE protège les salariés, qui bénéficient de contreparties fixées par un accord collectif sur la base du volontariat, d’un repos compensateur et du doublement du salaire.
 
Du fait de la configuration spécifique de Bercy Village, la délimitation de la zone à classer est facilement identifiable. Il n’y a donc aucun problème d’identification de périmètre.
 
Le nombre et la diversité des enseignes de Bercy Village représentent une offre culturelle de qualité pour les parisiens.
 
Il y manque seulement une volonté politique. La municipalité socialiste a clairement fait le choix de ne pas aider les entreprises parisiennes à développer l’emploi. Pour une fois que les élus locaux ont la compétence de pouvoir aider les entreprises en amont, ils font le choix d’entraver une liberté, celle de travailler plus : les entreprises et l’ensemble de leurs salariés sont volontaires et ont fixé ensemble des accords basés sur le volontariat et le doublement du salaire.
La municipalité socialiste se contente de regarder les enseignes déposer le bilan et émettre à leur chevet des vœux pieux de reclassement pour les salariés, histoire de se donner bonne conscience.
 
Ce dimanche 22 septembre, Nathalie Kosciusko Morizet, candidate à la mairie de Paris, Pierre Lellouche député de Paris, et Valérie Montandon, conseillère de Paris du XIIème arrondissement  sont allées à la rencontre des responsables d’enseignes frappées par l’interdiction d’ouvrir le dimanche. Les témoignages des chefs d’entreprises ont montré l’incohérence de la situation où la logique de l’emploi se heurte à l’idéologie.
 
Nathalie Kosciusko Morizet s’est engagée à élargir les zones touristiques pour éviter des situations absurdes où des touristes partent à Londres pour y faire des achats, ce qui pénalise ainsi l’emploi  dans la capitale. Elle souhaite donner à Paris les moyens de rester une ville attractive et de faire face à la concurrence d’autres métropoles.
 
La plupart des visiteurs de Bercy village souhaite que les enseignes y soient ouvertes. Comme le dit si bien un chef d’entreprise contraint de fermer sa boutique le dimanche : « on souhaiterait ouvrir parce qu’il y a une réelle demande. Une entreprise n’ouvrirait pas son rideau si elle n’avait pas en face des clients qui en ont envie aussi ! »
 

Valérie MONTANDON

Porte-parole de Nathalie Kosciusko Morizet
Conseillère de Paris
Vice-présidente Déléguée du groupe UMPPA

 

Rédigé par valeriemontandon

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

hedel 02/01/2014 23:42

Je ne comprends pas moi non plus ces décisions car Bercy Village est une zone touristique, j'ai vu des panneaux 'zone touristique' dans ce quartier.