Améliorer les services tout en rationalisant l'argent public

Publié le 8 Avril 2016

Améliorer les services tout en rationalisant l'argent public

L’utilisation des deniers publics est un exercice qui implique une responsabilité qui demande de la sincérité, du courage et de l’intégrité. La majorité précédente n’a pas été exemplaire en la matière. En 17 ans, la précédente majorité avait pris de mauvaises habitudes. Les audits, qu’elle avait refusés jusqu’à présent, ont dévoilé une gestion désastreuse, avec des pratiques coûteuses voire douteuses. Lorsqu’une collectivité rencontre des difficultés financières, peu importe le contexte, les événements ; elle se doit de réduire ses dépenses, améliorer son épargne et continuer à investir. Nos prédécesseurs avaient décidé de faire le contraire avec une augmentation des dépenses de fonctionnement de 9 %, soit 223 millions d’euros mais aussi ce qui a provoqué ces cinq dernières années une chute de l’épargne brute de 23 % ainsi qu’une augmentation de l’endettement de 53 %. Dans ce contexte très défavorable, il paraît normal et logique que les premiers efforts budgétaires s’effectuent au coeur même du fonctionnement de la Région, à savoir l’administration générale. Le budget qui nous est présenté affiche un double objectif que nous ne pouvons que soutenir : parvenir à maîtriser les dépenses de fonctionnement tout en améliorant le service public généré par notre administration.

Le budget traduit une baisse notable de l’investissement au niveau des autorisations de programme et des crédits de paiement. Cela correspond à l’arrêt de toutes les dépenses liées aux travaux non nécessaires pour les nombreux sites éparpillés de la Région. La volonté de stopper l’inflation des dépenses se traduit aussi par un fort recul de notre parc automobile qui sera divisé par trois nous mettant en adéquation avec l’article 8 de notre charte éthique adoptée en début de mandat.

En cohérence avec notre ambition d’améliorer le service que nous rendons aux Franciliens, ce budget inclut la création d’un schéma directeur informatique ambitieux ainsi que le développement important de l’administration numérique. Notre administration régionale a manifestement beaucoup de mal à sortir du XXe siècle malgré des dépenses faramineuses. Est-ce normal ? Comment est-il possible qu’en 2016 le courrier ne soit pas encore dématérialisé ou que la traçabilité des documents soit si peu efficace ? Les grandes mesures d’économie vont être effectuées dans la partie fonctionnement de notre administration. La majeure partie de nos efforts se concentre sur les frais de personnel. La précédente mandature a préféré négliger nos lycées en supprimant 82 agents. Nous nous engageons à sanctuariser les 8 126 agents dans nos lycées. Elle a favorisé le recrutement d’agents régionaux en embauchant pas moins de 135 agents, totalisant 1 980 agents, ce qui n’est pas responsable. Nous avons le devoir de respecter le principe de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, de réduire substantiellement nos dépenses au fur et à mesure de ce mandat.

La Région entend transformer son axe de communication pour se rendre plus visible tout en faisant des économies. L’abandon d’un journal régional paraît une évidence compte tenu du tirage engendrant un coût exorbitant. La volonté de transférer les coûts afférents à ce journal pour renforcer la communication numérique paraît tout à fait pertinente. Conférer les moyens à notre administration de franchir le cap de l’open data, d’améliorer l’accessibilité et la sécurité des données pour nos employés et pour chaque Francilien est une nécessité.

Il faut également assurer à la Région une visibilité propre, informer tous les Franciliens de l’action que nous menons, de ce qui change dans leur quotidien ainsi que ce que nous finançons et ce que nous gérons. Les Franciliens doivent être informés des appels à projet, des aides spécifiques ou des dispositifs et avoir accès à tel ou tel service. Enfin, l’heure n’est plus à la dépense frénétique, mais à la rationalisation de l’argent public. Ce budget répond aujourd'hui parfaitement à ces attentes, avec une diminution de 4,2 % des autorisations d’engagement et de 13,1 % des autorisations de programme. Ainsi nous apporterons notre soutien à ce budget qui permettra de faire vivre efficacement notre administration tout en améliorant les services que nous voulons tous offrir aux Franciliens.

Rédigé par valeriemontandon

Repost 0
Commenter cet article