Le pacte logement : Acte 1

Publié le 23 Juin 2014

Si la table ronde organisée ce matin a comme point positif d’amorcer une ébauche de dialogue entre les différents acteurs du secteur immobilier, elle est aussi le constat de l’échec des deux dernières mandatures socialistes, marquées par une rupture de crédibilité et de confiance entre les professionnels et les acteurs publics.

Je crains que cela ne s’arrange pas, tant le discours de l’exécutif manque encore de proposition concrète et reste inquiétant à plusieurs registres :

- l’accession à la propriété reste un mot tabou qui ne fut pas mentionné une seule fois en 2h30 d’échanges.

- De même, la reconstruction du parcours résidentiel, la rénovation du parc social, la gestion de l’équilibre des logements sociaux par quartier n’ont pas été développées par l’exécutif.

- Enfin, l’exemple le plus concret du manque d’acte fort et pragmatique concerne la transformation de bureau en logement. Si l’esprit est louable et nécessaire, les objectifs chiffrés de 100 000 m² affichés par la municipalité socialiste restent insuffisants et identiques à ceux de la mandature précédente. Ces objectifs devraient être 3 fois plus importants pour atteindre 1 200 transformations par an (contre les 400 annoncées par la municipalité). Et l’exécutif, qui reste dans le flou sur les moyens, est attendu sur des mesures concrètes relatives à la règlementation, au transfert des charges foncières ainsi qu’aux actions sur le prix du foncier.

Pour se dédouaner, la Maire de Paris parle déjà d’une « attitude schizophrénique » de l’Etat, ce qui n’est pas forcement de bon augure pour la suite. Déjà en novembre dernier, nous avions connu des députés socialistes parisiens qui votaient la loi Alur tout en reconnaissant qu’elle n’était pas adaptée à Paris.

C’est justement ce type de comportement qui, d’une part, inquiète les professionnels du secteur immobilier et, d’autre part, plus globalement, nuit à la sécurité juridique, à la confiance légitime portée sur la parole publique.

Nous serons attentif quant à la signature de ce pacte logement afin qu’il ne soit pas un acte manqué. Une totale visibilité est nécessaire, assortie de cette confiance que les différents acteurs réclament. L’opposition demeurera résolument vigilante sur ce sujet prioritaire pour les parisiens et leur qualité de vie.

 Le pacte logement : Acte 1

Rédigé par valeriemontandon

Repost 0
Commenter cet article