Le logement : la non priorité de la Mairie de Paris

Publié le 19 Mai 2014

Le logement : la non priorité de la Mairie de Paris

Madame La Maire, chers collègues,

Un tel débat sur la politique du logement aurait dû être organisé sous forme de communication ou de délibération afin d’annoncer des mesures concrètes ainsi qu’un plan d’action précis.

A cet égard, dois-je vous rappeler que le groupe UMP avait déposé une délibération en novembre 2013 qui vise à améliorer la gestion du parc social de la ville sous forme de 6 engagements. Cependant, vous n’avez jamais enregistré cette proposition de délibération à l’ordre du jour, refusant ainsi de débattre sur des propositions concrètes.

Je ne peux pas rependre tous les points de notre proposition de délibération, mais nous proposions des mesures très concrètes visant à améliorer le parcours résidentiel, les mutations internes et la mobilité au sein du parc social.

Nous préconisions la création d’une instance inter bailleur et inter-contingeant afin d’améliorer le très faible taux de rotation des logements dont vous êtes responsable et qui est seulement de 4,9 % en moyenne sur Paris et de 2,9% pour les logements du contingents de la ville de Paris.

Nous proposions aussi d’encourager la mobilité à l’intérieur du parc social grâce au maintien du prix au mètre carré, par le transfert automatique du dépôt de garantie et d’améliorer aussi le parcours résidentiel par l’accession à la propriété.

Enfin, il y avait aussi d’autres mesures visant à proposer un accompagnement aux personnes en difficultés lors d’une mutation et à améliorer l’offre de logements sociaux en faveur des personnes en situation de handicap.

Si vous n’avez pas enregistré cette délibération, c’est tout simplement parce que vous ne souhaitez pas vous engager, prendre position pour des mesures concrètes et opérationnelles.

Vous préférez des annonces creuses et fumeuses truffés de contre-vérités.

Parmi les contre-vérités du vœu de l’exécutif, je souhaiterais relever celle sur la transformation des bureaux en logement pour 200 000 m² : 200 000 m² sur une mandature, c’est 33 000 m² par an soit une moyenne de 400 logements chaque année. C’est exactement ce qui a été réalisé sous la mandature précédente et c’est nettement insuffisant.

Et pendant que vous transformez 400 bureaux en logement, vous décidez dans les dernières réserves foncières comme Bercy Charenton d’y construire majoritairement des bureaux plutôt que des logements. Et pourquoi construisez-vous plus de bureaux ? Non pour répondre à une demande identifiée mais juste pour que ces bureaux aient une fonction d’écran phonique parce que vous n’êtes pas capable au XXI eme de trouver une autre solution pour réduire les nuisances inhérentes au voies de chemin de fer.

Alors que retenir du vœu de l'exécutif: une série d’annonces imprécises et non financées, un manque cruel de mesures concrètes et notamment en faveur des classes moyennes, un déni sur le lourd désengagement financier de l’Etat et sur la dimension métropolitaine du logement.

Non, décidemment le logement à Paris n’est pas une priorité pour vous.

Rédigé par valeriemontandon

Repost 0
Commenter cet article