Mon intervention sur le budget 2014

Publié le 21 Décembre 2013

Merci, Monsieur le Maire.

Votre budget 2014 est à l'image de votre mandat, il est creux et ce sont principalement des dépenses de fonctionnement liées aux personnels, aux subventions et aux opérations de communication.

Dans votre budget, les dépenses de fonctionnement, en effet, progressent de 4,6 % par rapport à l'année dernière, alors qu’elles avaient déjà augmenté de 40 % depuis 2001.

Pendant toute votre mandature, le 12eme arrondissement n'a pas été une priorité dans vos investissements, par exemple pas un seul E.H.P.A.D. n'a été créé. A la vue du budget 2014, pas une crèche, pas un équipement sportif ou scolaire ne sont inscrits. Alors, oui, heureusement, le conservatoire Charolais-Rotonde est là, mais son financement réparti sur plusieurs exercices budgétaires démontre que le 12e n'a pas été une priorité dans vos investissements. Dois-je vous rappeler que tous les grands projets qui font l’âme du 12e arrondissement, à savoir la promenade plantée, le viaduc des Arts, la Z.A.C. de Bercy, la Z.A.C. de Reuilly, ont été réalisés sous des mandatures de droite et du centre ?

Depuis 2001, le 12e arrondissement vit sur ses acquis. A chaque élection, vous avez sorti de votre chapeau son lot de promesses d'investissement que vous vous êtes vite empressé d'ensevelir une fois réélu. Je voulais prendre un exemple bien typique, celui de la promenade plantée.

Plusieurs promesses ont été évoquées dès 2001 par votre majorité socialiste. Je cite : "Ainsi, l’emprise foncière de la Petite Ceinture doit être rendue en partie aux Parisiens en y créant des promenades nouvelles pour les piétons."

En 2008, rebelote : "La voie de l'ancienne Petite Ceinture ferroviaire accueillera ses premiers jardins, sera ouverte au public et constituera ainsi le prolongement de la promenade plantée jusqu'au boulevard Soult puis, demain, jusqu'à la Seine."

Deux mandatures après, nous attendons toujours les promesses socialistes et je me permets aussi de citer vos alliés écologistes.

2001 : "Créer de grands parcs paysagers et transformer la Petite Ceinture en coulée verte." En 2008, rebelote, pourtant une mandature s'était passée, mais rien n'avait été réalisé, malgré le fait que vous soyez à l'exercice du pouvoir.

2008 : "Prolonger la coulée verte sur la Petite Ceinture depuis le square Charles-Péguy jusqu’au Nord, au Cours de Vincennes et au Sud jusqu'à Bercy, créer ainsi une trame verte traversant tout l'arrondissement, reliant la Bastille, le bois de Vincennes et la rive gauche."

Ainsi, après deux mandatures, que ce soit l'Exécutif, la majorité socialiste et ses alliés écologistes, nous attendons toujours les réalisations de cet investissement tant promis à chaque élection et je ne cite pas non plus les élections législatives, dans ce cas-là. Après ces belles promesses et donc 12 ans d'exercice, nous l'attendons toujours.

La seule promenade plantée qui a été réalisée dans le 12e a été inaugurée par Jacques CHIRAC. La majorité de la Municipalité (socialistes, communistes, écologistes) ont préféré privilégier des opérations de prestige telles que les Halles, le stade Jean Bouin ou encore "Le 104". Qu'avez-vous fait du G.P.R.U., que vous citez d’ailleurs allègrement dans votre communication comme "investissement (je cite) pour changer le visage de la Ville" ? Le projet a perdu toute sa consistance le jour où vous avez renoncé à couvrir partiellement le périphérique et le coût de ces deux couvertures partielles était de 50 millions d'euros. 50 millions d'euros, c'est notamment le coût du cinéma d'art et d'essai "Le Louxor".

Mais voilà, c'est vrai qu'en termes de communication, c'est beaucoup plus porteur de couper le ruban d'inauguration d'un cinéma d'art et d'essai plutôt que de couvrir le périphérique afin d'améliorer la lutte contre le bruit et la pollution pour les riverains et renforcer l'attractivité économique de Paris.

Dans la série des services aux Parisiens que vous avez aussi négligés, il y a en tête la propreté. Alors que la taxe d'enlèvement des ordures ménagères continue d'augmenter de 6 millions d'euros, abondant ainsi un excédent de recettes de 79 millions d'euros qui est perçu illégalement sur le contribuable parisien, sans compter aussi la taxe de balayage dont les recettes ont doublé et atteignent 104 millions d'euros, qui touchent autant les propriétaires que les locataires qui se voient ainsi répercutés cette augmentation. Ces augmentations sont injustifiées quand la saleté persiste autant dans les rues de la Capitale. Les Parisiens apprécieront certainement, dans votre communication, le déni de réalité sur la gestion de la propreté et de son personnel, le service dont l'absentéisme de 16 % atteint des records nationaux. Mais c'est peut-être ce que vous appelez justement "la rue en partage" ? Les Parisiens jugeront.

Enfin, pour conclure, je voulais souligner l’incohérence des propos de certains élus du 12e, pourtant adjoints au Maire de Paris. En 2004, un élu du 12e adjoint aux finances avait dit du forum des Halles : "La Ville ne lâchera pas un euro." Vous avez raison, ce n'est pas un euro qu’elle a lâché, c'est un milliard ! En 2008, un autre élu, adjoint cette fois-ci chargé de l'innovation, de la recherche et des universités, avait lui, en effet, promis un milliard d'euros pour la recherche et, finalement, on ne l'a pas vraiment vu passer. C'est encore un transfert de promesses, ce sont des opérations de communication qui ont primé sur l'intérêt des Parisiens et sur les investissements d'avenir.

Rédigé par valeriemontandon

Repost 0
Commenter cet article